Pour continuer à défendre la classe ouvrière, préservez-vous !

Logos tract 15 05 2020

RASSEMBLEMENTS INTERSYNDICAUX du VENDREDI 15 MAI 2020 à 10h

Dans la marne, c’est dès ce VENDREDI 15 MAI 10H, PARTOUT OÙ NOUS LE POURRONS, QUE DES RASSEMBLEMENTS INTERSYNDICAUX (FO, CGT, CGC, FSU, SOLIDAIRES, UNSA, CFDT, CFTC), dans le cadre et le respect des « consignes sanitaires » (pas plus de 10, distanciation physique…), sont d’ores et déjà prévus devant les relais de l’état et les lieux de décisions locaux (préfectures, sous-préf, DIRECCTE, conseil départemental…).

Tract rassemblement 15 05 20

Et afin que partout soit porté le même discours intersyndical et représentant la très grande majorité des travailleurs actifs, chômeurs et retraités, c’est plus que notable, un communiqué de presse est en cours d’écriture.

Ce communiqué s’il demande bien sur la levée des sanctions vis-à-vis de l’inspecteur du travail Anthony SMITH, sous le coup d’une procédure disciplinaire pour avoir, entre autres, défendus nos camarades de l’ARADOPA en déposant un référé afin d’obtenir du matériel de protection individuel, ne s’arrête pas au cas d’espèce.
En effet, et c’est incontestable, depuis le vote de l’état d’urgence dit sanitaire et la remise des pleins pouvoirs au chef de l’état par des députés aux ordres, les libertés individuelles et collectives sont elles parfaitement confinées.
A telle point , que le 28 avril dernier, la CNCDH (Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme dans un avis portant sur « l’Etat d’urgence sanitaire et l’Etat de droit » conteste le bien-fondé de ce « nouveau régime d’exception » qui selon elle n’allait pas de soi).

De plus,  l’avis souligne « l’imprécision de la définition de l’état d’urgence sanitaire (loi du 23 mars 2020), la nécessité qu’il y soit mis fin dès lors que la situation sanitaire ne le justifie plus, s’inquiétant « d’une tendance à justifier par l’urgence des actes et pratiques administratives qui objectivement n’en relèvent pas ».

A noter aussi, que cet avis conteste l’adoption par ordonnance des mesures dérogatoires au code du travail en matière de temps de travail, et rappelle l’obligation de respecter, y compris pendant la durée de la crise sanitaire, tant l’exigence de négociation collective – dont la nécessité est, selon l’OIT, renforcée en temps de crise – que le droit de grève, l’un et l’autre consacrés par le Préambule de la Constitution de 1946 ».

Mais l’état français entend prolonger l’état d’urgence, l’état d’exception, les pleins pouvoirs.

Mais l’état français entend nous traquer allant jusqu’à prévoir la rémunération des médecins qui dénonceront leurs patients « covidés ». À quand un signe distinctif ?

Alors oui décidément le « cas d’espèce Anthony SMITH/ARADOPA » prend une tout autre dimension et nous avons enfin la possibilité de nous faire entendre.ALORS, EN RETOUR DE MAIL INSCRIVEZ-VOUS POUR CES RASSEMBLEMENTS.

NOUS DEVONS LES RÉUSSIR TANT PAR LEUR NOMBRE ET LEUR QUALITÉ SANITAIRE.

Pour cela nous avons besoin d’organiser précisément ces rassemblements et vous comprendrez donc qu’il nous faut savoir qui peut et où.

Bien évidemment, en plus du matériel syndical habituel,  nous disposerons de masques et gel.

Mobilisation marne intersyndical