Pour continuer à défendre la classe ouvrière, préservez-vous !

Injonctions contradictoires !

 

Cher(e)s camarades,

Parce qu’il est de plus en plus clair que la finance et son zélé représentant à la tête de notre pays, utilisent la situation de crise sanitaire, à laquelle ils ne sont pas étrangers, pour poursuivre leur entreprise de démolition de notre République sociale et laïque, vous trouverez ci-dessous une expression commune des organisations de l’axe de résistance.


Celle-ci a été possible sur l’initiative de votre Union Départementale.

Tract unitaire 51 covid19 24 mars 2020 page 001
Tract unitaire 51 covid19 24 mars 2020 page 002

Il est vital que les travailleurs sachent que leurs organisations sont là.


Nous avons convenu de nous retrouver régulièrement en conférence téléphonique afin de maintenir les revendications, porter les situations ubuesques que vous rencontrez
(surtout faites le savoir).
Notre prochaine audio est programmée
ce Jeudi 26 mars à 11h30.

 

Protégeons-nous, pour nous, pour nos proches et pour la

défense des intérêts exclusifs des travailleurs.


Confinés, le combat continue.

« Déconfinés », nous saurons nous faire entendre.

Le jour d’après commence maintenant..
.

 

Rejoignez nous fo
 

Amitiés syndicalistes

Sylvie Szeferowicz - Secrétaire Générale UDFO51Sylvie Szeferowicz
Secrétaire Générale
25/03/2020

 

 

 

En date du 30 mars 2020

En date du 30 mars 2020

 

Cher(e)s camarades,
 
Les salariés ne comprennent pas, à juste raison, les consignes données.
On ne peut pas demander "en même temps" de rester confiné et d’aller au travail comme si de rien n’était.
Cela s'appelle des injonctions contradictoires et en matière de droit du travail potentiellement constitutif de harcèlement...

On ne peut pas dire d’un côté que le COVID-19 met en danger la santé, la vie même des salariés et de la population, culpabiliser à longueur d'antenne les personnes, et ne prendre dans les faits aucune mesure sérieuse pour les protéger, voir "sermonner" les employeurs qui prennent sérieusement en compte la santé de leurs subordonnés, santé dont, même en situation de pandémie, ils ont la responsabilité, responsabilité de l'ordre du pénal.

Ainsi les TPE/PME du secteur du BTP  prenant la mesure des choses et constatant qu'ils ne peuvent pas garantir la protection des salariés SOUS leur responsabilité... se font engueuler sur LCI par la DRH France, Muriel Penicaud, maître d'œuvre des programmes de centaines de licenciements chez Danone, licenciements qui lui ont beaucoup rapportés, n'oublions pas, et qui visiblement gère "la Ressource Humaine" comme une simple matière première !

Or c'est aujourd'hui flagrant, suite à la destruction, depuis au moins 3 décennies, de l'ensemble du système social français et notamment du système de santé (26 000 lits supprimés depuis 10 ans ! En 2009 , il y avait plus de 1 milliard de masques en stock !), seules les activités INDISPENSABLES, vitales devraient être autorisées.
Ce serait aussi la meilleure façon de protéger celles et ceux qui travaillent sur ces secteurs.
Protégés parce que le reste de la population ne leur fait plus courir autant de risque, protégés parce que de fait tout le matériel disponible pourrait leur être remis.

C'est du bon sens, pas besoin de sortir de l'ENA : la fermeture de toutes les entreprises, administrations et établissements, en dehors des activités de première nécessité, aurait dû être prononcée, devrait l'être, MAINTENANT.

Mais non ! Y a rien à faire : le système financier se protège d'abord et avant tout, et à n'importe quel prix ; envoie les travailleurs au front, véritable "chair à canon" ; n'entend pas, ne veut pas entendre les cris de désespoir du monde de la santé qui annonce, face à cette obstination irresponsable de la finance au pouvoir, une véritable "boucherie".
L'Italie, et la région de la Lombardie, région riche de l'Italie, dont le système de santé est comparable au nôtre, est dans une situation catastrophique et bien, beaucoup plus grave que celle de la Chine.

Mesdames et Messieurs les gouvernants ne prenez pas cela à la légère sauf à assumer le fait de mettre la France dans la même situation que l'Italie et amener les praticiens hospitaliers à choisir les patients à soigner, ou pas !

Parce que les faits sont là, têtus !
Si tout est mis en œuvre pour sauver l'économie, pour les travailleurs ? RIEN, NADA...
Ainsi en va par exemple du chômage partiel, si l'entreprise aura une prise en charge à 100%, le salarié lui perdra 16% !
Les fonctionnaires, y compris ceux qui sont au front (soignants, personnels réquisitionnés pour garder les enfants des soignants) se verront, si malade, appliqué le jour de carence ! (*)
(*) Après des semaines de pression de certaines organisations syndicales et notamment de FO fonction Publique, le gouvernement a enfin entendu notre revendication de ne pas appliquer le jour de carence pour les fonctionnaires et agents publics placés en congé maladie après contracté le coronavirus. Les salariés du privé bénéficient de la même mesure.

Finalement, à la réflexion, on prend peut-être plus soin des matières premières non humaines.

Le mépris de toute cette "gouvernance France" vis-à-vis des travailleurs est sans nom... jusqu'à envoyer les forces de l'ordre pour faire reprendre le travail comme dans des entrepôts parisiens de La Poste ou menacer de sanctions ceux qui osent faire valoir, à juste titre, leur droit de retrait, sanctionner de fait les syndicalistes qui portent les alertes de Danger Grave et Imminent.

Il ne faudrait pas que demain, nous ayons à élever un monument aux "travailleurs sacrifiés et réprimés durant la pandémie du COVID -19 pour nourrir le système".

Mais ils n'ont honte de rien !
Dans son intervention, le Chef de l'Etat, après avoir méprisés, et même gazés et matraqués les travailleurs à l’occasion des grèves et autres mobilisations qui n'ont pas cessées depuis le début de ce quinquennat,  a osé rendre hommage aux personnels médicaux.
Ce gouvernement promet des dizaines de milliards d’euros aux employeurs pour faire face à la crise sanitaire actuelle, l'effort de guerre....
Il est de sa responsabilité avant toute autre chose de mettre tous les moyens nécessaires pour créer les lits d’hospitalisation, les postes de médecins, infirmières, soignants et non soignants MAINTENANT !

Pour combattre efficacement le coronavirus, pour répondre à la crise sanitaire, il faut répondre aux revendications urgentes des travailleurs qui partout, dans tous les secteurs, sont "à flux tendu" pour toujours plus de bénéfices.
Et certainement pas faire main basse sur les droits des travailleurs comme cela est en cours depuis avec "la loi d'urgence sanitaire" et la cohorte d'ordonnances qui seront prises.
SANOFI a redistribué quasiment l'intégralité de ses énormes bénéfices à ses actionnaires... au détriment de la recherche ! Au détriment d'un vaccin contre le COVID-19, peut-être !
 
Enfin, le Président de la République a décidé de suspendre la « réforme » des retraites et de reporter celle de l’assurance chômage.
Dont acte ! Mais suspendre n'est pas retiré.
Nous revendiquons, et revendiquerons, leur retrait, tout comme nous exigeons l'abrogation de la "Loi de transformation de la fonction publique" et l'abrogation de toutes les lois qui ont aboli l'école républicaine, de la maternelle au supérieur, en passant par la formation professionnelle, l'abrogation du démantèlement des centres d'impôts, des postes...
 
Les travailleurs n’oublient pas, et n'oublierons pas, que c’est à l’occasion d’un conseil des ministres destiné à faire face à la maladie que le Premier ministre a dégainé l’arme du 49.3 pour imposer, «au nom de la démocratie», une réforme des retraites rejetée par l’immense majorité.

Confinés, nous restons résolument debouts, combatifs et revendicatifs !

Homme poing leve


Fraternellement

Sylvie Szeferowicz - Secrétaire Générale UDFO51Sylvie Szeferowicz
Secrétaire Générale


22/03/20

Voici les deux projets de loi de réforme des retraites reçu par la Confédération FO

Voici les deux projets de loi de réforme des retraites reçu par la Confédération FO

PROJET DE LOI : RETRAITES

Projetdeloiretraitesblog 1 original 2

 

congrès 2020_UDFO51 par Philippe Szeferowicz

Date de dernière mise à jour : 01/04/2020